11 mai, 2009

Le Berceau de Phénicie

Classé dans : Bibliophilie — leberceaudephenicie @ 13:09

Cette présentation reprend in extenso les planches du livre d’art publié en septembre 2005 par Jean-Pierre Huguet, Editeur. Edition comportant deux variations graphiques de Kijno, sur des poèmes de François Xavier, enrichie d’une gravure au carborundum, signée.
Il en a été tiré 70 exemplaires sur papier vélin Johannot 240 g/m², numérotés de 1 à 70. En outre, 30 exemplaires hors commerce, numérotés HC de I à XXX, furent réservés à l’artiste, à l’auteur, à l’éditeur et à la Bibliothèque Nationale.

Vous pouvez désormais l’acquérir, soit dans sa version originale auprès de Jean-Pierre Huguet, Editeur ; soit dans sa version grand public auprès de BoD car il fallait rendre accessible cette œuvre essentielle, d’autant qu’en cette année 2009 l’UNESCO célèbre Beyrouth Capitale mondiale du livre.

Texte du quatrième de couverture
D’abord un petit livre, toujours à portée de main, le plus souvent au fond de sa poche, Le Berceau de Phénicie, a accompagné Kijno, source de réconfort et échappatoire aux exigences de certains : il inspira le peintre au fil des mois … De retour en son atelier, Kijno s’emporta dans un élan créatif qui lui imposa l’introspection psychanalytique comme, par le passé, il l’avait fait pour l’œuvre de Tristan Tzara, par exemple.
Mais là où son travail trouve tout son intérêt – et c’est une première -, en sus de la force magistrale de ses tableaux qui font l’amour aux mots, c’est qu’il nous livre, à sa manière, les clefs de sa réflexion.
Deux versions pour deux étapes.

François Xavier est un voleur de feu dont la langue est ancrée dans l’universel. Prix Théophile Gautier de l’Académie française, 1999, sa poésie, écrit Pierre Brunel, « semble bien nous placer au cœur d’une existence. »
Spécialiste de la poésie arabe contemporaine, ce provençal porte un regard fraternel sur toutes les rives d’une mer dont les vagues ont brassé de nombreux échanges entre les peuples.

Ladislas Kijno est l’un des peintres emblématiques du 20ème siècle. Il demeure l’un des inventeurs de formes les plus novateurs, un peintre lyrique et puissant.
Il est toujours lié aux problèmes fondamentaux de notre société : la paix, le racisme et la promotion de la culture pour tous. Pour Kijno, représenter, rendre présent, c’est faire apparaître dans le travail de la peinture le procès d’appropriation et de transformation de la réalité dans les profondeurs de l’image ; là où elle tisse sa trame avec le monde, avec l’histoire.

« Pour moi, ce qui est essentiel c’est que l’art, au delà des théories, déclenche un sentiment émotionnel en chacun de nous« , nous dit Raoul-Jean Moulin : gageons qu’il en sera de même pour chaque lecteur qui s’aventurera dans ce livre.

L’œil du poème

Classé dans : Bibliophilie — leberceaudephenicie @ 13:07

Le Berceau de Phénicie est un long songe sur la mémoire du monde et son devenir, incertain, si les hommes continent à s’ignorer dans le concert ahurissant des normes occidentales régissant l’ensemble de la planète. Car le monde est multiple. Multiples ses peuples. Multiples ses cultures. Donc multiples doivent être les dialogues qui régissent nos échanges, et ce n’est pas le cas en ce moment … L’humain risque alors de s’enfoncer dans l’obscurantisme par peur et ignorance. D’où la nécessité de s’ouvrir à l’Autre, d’appréhender sa culture et de se nourrir de nos différences.

S’il est un art qui peut sonder l’âme humaine et lui redonner une once de représentation, c’est bien le dessin, la peinture. Ainsi, le texte, qui n’est pas une abstraction ni une figuration de la pensée, mais la pensée elle-même véhiculée par des signes porteurs de mémoire et d’émotion, donne des éléments à qui sait plonger vers les assises du monde pour tenter de comprendre l’invisible des choses.

Le peintre offre donc des signes de corrélation avec l’œuvre du poète. Il s’embarque vers les falaises des mots pour y prélever des éléments du décor.
Kijno s’est livré ici à une aventure extraordinaire : il a lié le gestuel de la peinture, l’art de la matière, avec l’introspection psychanalytique comme, par le passé, il l’avait fait pour l’œuvre de Tristan Tzara, d’Aragon ou de Visconti. Mais là où son travail trouve tout son intérêt – et c’est une première –, en sus de la force magistrale de ses tableaux qui font l’amour aux mots, qui s’unissent dans la musique des vers, c’est qu’il nous livre, à sa manière, les clefs de sa réflexion.

Deux versions pour deux étapes.

Un texte n’est pas une abstraction ni une figuration de l’esprit, nous l’avons dit. C’est aussi ce qu’affirme Kijno dans la première version : l’analyse des images de la mémoire l’a porté à dessiner ces hiéroglyphes. C’est une version première, sans connaître la langue, l’homme nu face au monde : comme l’Ancêtre dans sa grotte peignait ce qu’il voyait, Kijno n’illustre pas le texte mais pénètre le vide laissé entre les mots et le pictural, il se glisse entre chaque phrase, son, voyelle, consonne pour interférer à la musique initiale, s’en imprégner et intervenir alors, quand la langue se bloque dans sa finalité finie. Kijno repousse les limites et crée de nouveaux repères signalétiques.
Dans la deuxième version, Kijno nous explique le décryptage des sources qui lui ont permis de réaliser ces hiéroglyphes. Car l’on est en droit de se poser la question : pourquoi s’y arrêter au lieu de se laisser porter vers une seule voie, celle choisie par l’artiste ? Que portent-ils en eux de si lourd, de si terrible, pour qu’il faille une première clef pour les saisir, les sentir, et une deuxième pour parvenir à les dompter et y lire les sources premières de l’inspiration initiatrice ? La réponse est dans cette deuxième version.

Dans la deuxième version, Kijno nous explique le décryptage des sources qui lui ont permis de réaliser ces hiéroglyphes. Car l’on est en droit de se poser la question : pourquoi s’y arrêter au lieu de se laisser porter vers une seule voie, celle choisie par l’artiste ? Que portent-ils en eux de si lourd, de si terrible, pour qu’il faille une première clef pour les saisir, les sentir, et une deuxième pour parvenir à les dompter et y lire les sources premières de l’inspiration initiatrice ? La réponse est dans cette deuxième version.
J’ai reçu ces dessins de Kijno avec énormément d’émotion. Trop sans doute pour lui dire comment. Mais il sait lire dans mon cœur. Et à chaque lecture, à chaque voyage dans ses tableaux je meurs et renaît différent, toujours le même et jamais pareil, pétri de sentiments confus, les yeux humides au goût salé des restes de la mer se brisant sur des baies ensoleillées. Chaque larme est une baie d’une saveur sucrée redoutable.

Puisse ce livre ouvrir un peu plus la porte du dialogue entre les peuples …

François Xavier
Saint Raphaël, le 20 avril 2003

Le Berceau de Phénicie – version 1

Classé dans : Bibliophilie — leberceaudephenicie @ 13:00

couvertureblog.jpg

gravureblog.jpg

fx1001blog.jpg

fx1002blog.jpg

fx1003blog.jpg

fx1004blog.jpg

fx1005blog.jpg

fx1006blog.jpg

fx1007blog.jpg

fx1008blog.jpg

fx1009blog.jpg

fx1010blog.jpg

fx1011blog.jpg

fx1012blog.jpg

fx1013blog.jpg

fx1014blog.jpg

fx1015blog.jpg

fx1016blog.jpg

fx1017blog.jpg

fx1018blog.jpg

fx1019blog.jpg

fx1020blog.jpg

fx1021blog.jpg

fx1022blog.jpg

fx1023blog.jpg

10 mai, 2009

Le Berceau de Phénicie – version 2

Classé dans : Bibliophilie — leberceaudephenicie @ 14:14

fx2001blog.jpg

fx2002blog.jpg

fx2003blog.jpg

fx2004blog.jpg


fx2005blog.jpg

fx2006blog.jpg

fx2007blog.jpg

fx2008blog.jpg

fx2009blog.jpg

fx2010blog.jpg

fx2011blog.jpg

fx2012blog.jpg

fx2013blog.jpg

fx2014blog.jpg

fx2015blog.jpg

fx2016blog.jpg

fx2017blog.jpg

fx2018blog.jpg

fx2019blog.jpg

fx2020blog.jpg

fx2021blog.jpg

fx2022blog.jpg

fx2023blog.jpg

colophonblog.jpg

Le Blog à Exar |
lizounartcreations |
MR?ZO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | quelquepartouici
| PIERRE MAYER MAGIC AUTOMATA
| Festival Passages