11 mai, 2009

Le Berceau de Phénicie

Classé dans : Bibliophilie — leberceaudephenicie @ 13:09

Cette présentation reprend in extenso les planches du livre d’art publié en septembre 2005 par Jean-Pierre Huguet, Editeur. Edition comportant deux variations graphiques de Kijno, sur des poèmes de François Xavier, enrichie d’une gravure au carborundum, signée.
Il en a été tiré 70 exemplaires sur papier vélin Johannot 240 g/m², numérotés de 1 à 70. En outre, 30 exemplaires hors commerce, numérotés HC de I à XXX, furent réservés à l’artiste, à l’auteur, à l’éditeur et à la Bibliothèque Nationale.

Vous pouvez désormais l’acquérir, soit dans sa version originale auprès de Jean-Pierre Huguet, Editeur ; soit dans sa version grand public auprès de BoD car il fallait rendre accessible cette œuvre essentielle, d’autant qu’en cette année 2009 l’UNESCO célèbre Beyrouth Capitale mondiale du livre.

Texte du quatrième de couverture
D’abord un petit livre, toujours à portée de main, le plus souvent au fond de sa poche, Le Berceau de Phénicie, a accompagné Kijno, source de réconfort et échappatoire aux exigences de certains : il inspira le peintre au fil des mois … De retour en son atelier, Kijno s’emporta dans un élan créatif qui lui imposa l’introspection psychanalytique comme, par le passé, il l’avait fait pour l’œuvre de Tristan Tzara, par exemple.
Mais là où son travail trouve tout son intérêt – et c’est une première -, en sus de la force magistrale de ses tableaux qui font l’amour aux mots, c’est qu’il nous livre, à sa manière, les clefs de sa réflexion.
Deux versions pour deux étapes.

François Xavier est un voleur de feu dont la langue est ancrée dans l’universel. Prix Théophile Gautier de l’Académie française, 1999, sa poésie, écrit Pierre Brunel, « semble bien nous placer au cœur d’une existence. »
Spécialiste de la poésie arabe contemporaine, ce provençal porte un regard fraternel sur toutes les rives d’une mer dont les vagues ont brassé de nombreux échanges entre les peuples.

Ladislas Kijno est l’un des peintres emblématiques du 20ème siècle. Il demeure l’un des inventeurs de formes les plus novateurs, un peintre lyrique et puissant.
Il est toujours lié aux problèmes fondamentaux de notre société : la paix, le racisme et la promotion de la culture pour tous. Pour Kijno, représenter, rendre présent, c’est faire apparaître dans le travail de la peinture le procès d’appropriation et de transformation de la réalité dans les profondeurs de l’image ; là où elle tisse sa trame avec le monde, avec l’histoire.

« Pour moi, ce qui est essentiel c’est que l’art, au delà des théories, déclenche un sentiment émotionnel en chacun de nous« , nous dit Raoul-Jean Moulin : gageons qu’il en sera de même pour chaque lecteur qui s’aventurera dans ce livre.

Commentaires desactivés.

Le Blog à Exar |
lizounartcreations |
MR?ZO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | quelquepartouici
| PIERRE MAYER MAGIC AUTOMATA
| Festival Passages